J'arrête de procrastiner !

j'ai l'art de reporter systématiquement à plus tard, à demain, ce que je devrais faire maintenant

« je le ferai demain » «plus tard» "pas maintenant". Ces phrases-là dans la bouche de nos enfants, ont le don de nous mettre en colère. Et pourtant. Ne les disons-nous pas nous-mêmes de temps à autre ? et alors, que se passe-t- il quand nous repoussons à plus tard une action qui pourrait très bien se faire là, maintenant, tout de suite ? Gardons en permanence le fait que derrière chaque action, il y a une intention positive pour la personne. Si elle le fait, c’est qu’elle a une bonne raison POUR ELLE de la faire. Je précise lourdement pour elle car ses motivations peuvent parfois nous échapper.

mais pourquoi je remets tout à plus tard ?!


l'enfant qui ne range pas sa chambre

ou alors pas tout de suite, ou dans un avenir très proche. Dites vous qu' il a ses propres bonnes raisons, qui vont de la rébellion face à l’autorité, à finir mon niveau à de jeu avant, ... bref, il a plein de trucs importants à faire avant ce que vous lui demandé, si tant est qu'il comprenne votre question. On retrouve ces comportements quand il s’agit de vider le lave-vaisselle, ou de faire le ménage.

Plus tard. Comme ces mots ont le don d’agacer « les autres ».

M. François : je repousse tout et toujours à plus tard !

Merveille de la généralisation et de l’imprécision. Car en creusant, je me rends compte qu’il n’y a que dans sa vie privée que cela se passe. Au travail, il est précis, et même reconnu pour sa réactivité. Quand une action doit être faite, alors c’est monsieur Toutdesuite. Même marcher pour aller d’une salle à l’autre est une perte de temps. Mais sorti du travail, il se transforme en monsieur Plustard. Il ne l’avait pas vu d’une façon aussi nette. Il ne voyait que son défaut de repousser à plus tard hors du travail. Du coup, il se met à la place de sa femme, qui compense son inactivité, et il décide d'un coup d'être le même au travail qu'à la maison.

Comment faire ce que j'ai à faire maintenant ?

Si cela vous arrive, commencez donc par changer de peau et de vous mettre dans celle de celui ou celle qui va recevoir ce message. Cette personne peut être vous-même ! Y êtes-vous bien ? que ressentez-vous ? comment réagissez-vous ? 
Sous hypnose, en dissociation, il est facile de se regarder faire, ou de changer de place. Et là, tout s’éclaire ! Car une fois à la place de l’autre, vous vous rendez compte que la plupart du temps, ce qu’il attend, ce sont vos bonnes raisons pour converger vers un délai raisonnable de réalisation. C’est à la fois tout simple et compliquer car il faut PARLER.

planifiez ce qu'il y à faire.

A de rares exceptions, le ménage est plutôt une corvée qui a du mal à débuter. Et parfois, en couple, il y en a un qui cherche à s’échapper, à faire « plus tard ». Pourquoi ne pas planifier cette tâche ensemble ? l’intercaler en fonction des envies, des programmes télés, ou que sais-je ? Et une fois entendu sur les horaires de début et de fin, et sur le qui fait quoi, ça devient plus simple, car chaque partie a été entendue, respectée, et s’est engagée à faire le travail.

commencez par une tâche simple

Vous êtes devant cette montagne de paperasse à trier et à ranger, qui traîne là sur la table depuis des mois. C'est rebutant, décourageant. Prenez donc votre montre, et décidez de n'y travailler qu'une demi-heure, et pas plus. Déjà, la journée sera sauvée, votre bonne humeur aussi, et vous serez surpris du résultat. Et cela vous encouragera à continuer. 30 minutes, pas plus.

Félicitez-vous !

Vous avez commencé, vous vous y êtes tenu, vous l'avez fait : youpi ! Apprenez à être agréable avec vous, à vous récompensez, vous féliciter. Soyez vrai avec vous. Il est important que votre corps et votre esprit sache que vous êtes fier d'eux, du travail accompli. Traitez vous comme vous aimeriez être traité.


Aujourd’hui est le premier jour de votre nouvelle vie !