Une histoire de petits singes

quand vous croulez sous les problèmes, demandez vous quels sont les vôtres et quels sont ceux que vous avez été chercher 

Une histoire de petits singes


L'histoire de M. André

Quand M. André, 42 ans et employé de banque, vient me voir, j’ai devant moi une personne accablée, exténuée et même quasiment au bord du rouleau. Visiblement, ça n’allait pas et ça crevait les yeux. Il me raconte son histoire, l’histoire de sa vie. M. André est un monsieur « je prends tout ». il a son travail et sa vie personnelle, se objectifs annuels de carrière, et ce qu’il doit faire à la maison. Déjà, ça occupe une journée. Mais en plus de cela, dès que quelqu’un vient avec un problème, une question, et qui ne le concerne pas, et bien il s’entend dire « ok, je m’en occupe ». et il s’en rajoute, il n’a plus une seconde à lui. Si bien que ses propres actions prioritaires sont en retard, et le chef gronde, sa femme aussi maugrée, car il fait d’autres choses, et pas celles prévues initialement. M. André a un cœur gros comme ça, et non seulement il ne sait pas dire « non », mais il va au-devant des travaux. Il n’attend même pas qu’on lui demande franchement.

Vous en connaissez des gens comme lui ?

Là, il est temps que je lui raconte l’histoire des petits singes, en hypnose. 

C’est l’histoire d’Ali, dresseur de singes. Il portait sur lui en permanence ses 3 petits singes. Il les connaissait bien et avec eux, il se déplaçait en harmonie. Il ne fatiguait pas car c’était comme s’ils faisaient partie de lui. Parfois il en vendait un, et s’était pour en acheter un autre de telle sorte qu’il n’en n’avait jamais plus de trois sur lui. et tout allait bien. Et puis un jour, il rencontra un autre dresseur de petits singes. Et là il se passa un fait étrange. Au moment de se dire bonjour en se serrant la main, un des petits singes de l’autre couru le longs des bras pour venir sur son épaule. Et l’autre parti. Il rencontra d’autres personnes et ce fait étrange se reproduisit : les petits singes des autres venaient sur ses épaules. Sa vie était changée. Maintenant, il était fatigué en permanence, à porter tous ces petits singes, qui appartenaient aux autres. Et en plus, il fallait les nourrir, s’occuper d’eux. Souvent même, leur propriétaire venait le voir pour vérifier leur croissance, et le disputait s’ils étaient mal nourris. Sa vie était un enfer ! comble de tout, il n’avait plus de temps pour bien s’occuper des siens, les cajoler, les éduquer. Comment allait-il s’en sortir ?

C’est alors qu’il rencontra un homme d’une grande sagesse qui lui dit : « retourne voir les personnes à qui appartiennent les petits singes et serre leur la main. Et là, demande poliment, gentiment et fermement au petit singe de retourner sur l’épaule de son dresseur. Puis dès que le petit singe sera passé, lâche la main et recommence avec un autre petit singe ». Ali passa du temps à retrouver tous les propriétaires. Ce fut long et pas toujours facile. Certains petits singes ne voulaient pas bouger et parfois, c’est leur dresseur qui ne voulait pas les reprendre. Mais, comme le disait M. de la Fontaine, « patience et longueur de temps font plus que force ni que rage ».

Un jour, il se retrouva comme au début, avec seulement ses trois petits singes à lui. il avait rendu tous les autres. Il se sentait plus léger et surtout, ses petits singes avaient retrouvé toute son attention. Et maintenant, il faisait très attention quand il croisait un autre dresseur de petits singes ! Comme le disait mon grand-père « chacun chez soi, et les petits singes seront bien gardés ».

La nouvelle vie de M. André

Charge maintenant à M. André de faire le tri entre ses petits singes à lui, et ceux des autres, et à rendre tout ce qui ne lui appartient pas. Mais pour cela, je laisse à son inconscient le soin de travailler et de lui apporter la solution.

tarif

Aujourd’hui est le premier jour de votre nouvelle vie !